505 articles,

3 sites à ce jour
Accueil 23|09|2014 Plan du site Agenda Liens Rédacteurs Contact Admin
Accueil >>  Coin Philo
COURS N°4

PHILOSOPHIE ET MÉTHODOLOGIE : LA DISSERTATION

samedi 16 octobre 2004, par Gaëlle Sartre-Doublet

Contrairement aux idées reçues, la philosophie est l’école de la RIGUEUR. Le philosophe n’est pas ce savant fou qui divaguerait sur des sujets aussi creux qu’inutiles, mais, bien au contraire, un théoricien exigeant qui cherche à résoudre des PARADOXES (le paradoxe énonce une idée contraire à l’opinion commune, afin de surprendre, de choquer, d’inviter à la réflexion). Evidemment, pour être convaincante, c’est à dire DÉMONSTRATIVE, cette résolution nécessite une MÉTHODE, élément essentiel en philosophie pour bien conduire sa raison. C’est cette méthode, qui n’a rien d’arbitraire, que nous allons à présent étudier.


1°- LES RÈGLES DE LA DISSERTATION :


a) L’introduction

 Présentation du sujet :
Vous allez devoir traiter un sujet déterminé. Il est donc logique que vous le présentiez à votre lecteur. Dans ce but, vous devez le définir, le cerner, le situer dans son contexte, c’est à dire répondre à la question : « Quelle est la nature du sujet ? ». Mais attention ! Il s’agit simplement ici de l’exposer d’une manière GÉNÉRALE, en se référant à l’opinion commune, et non de l’analyser en profondeur. Ce dernier point, en effet, sera l’objet de votre problématique .


 Etablissement de la problématique :
Cessez de penser que le professeur qui vous a posé ce sujet est un dangereux maniaque : s’il a choisi de vous faire réfléchir sur un thème, c’est avant tout parce qu’il pose PROBLÈME. Il vous appartient donc maintenant de trouver lequel, en répondant à la question : "Pourquoi m’a-t-on posé ce sujet ? Quel est profondément son INTÉRÊT ?". C’est la partie la plus importante de votre travail, car c’est à partir d’elle que s’orientera toute votre réflexion, et que vous éviterez ou non le hors-sujet...
N’hésitez donc pas à y consacrer du TEMPS !

 Annonce du plan :
C’est « la formule de politesse » adressée à votre lecteur. Grâce à elle, il pourra suivre beaucoup plus facilement les étapes de votre devoir, à condition, bien sûr, que vous respectiez votre plan ( !).

b) Le développement

Il peut être en trois parties (thèse, antithèse, synthèse), mais son maniement est alors nettement plus difficile que lorsqu’il n’en comporte que deux (thèse, antithèse). Aussi, ce sera à vous de déterminer la forme dans laquelle vous vous sentirez le plus à l’aise. Pour l’instant, nous nous bornerons à étudier un plan en deux parties :

La thèse : Vous ne devez jamais perdre de vue que votre devoir est une DÉMONSTRATION. C’est pourquoi vous allez traiter dans un premier temps l’opinion contraire à celle que vous voulez défendre, dans le but de CONVAINCRE votre correcteur en terminant par votre point de vue.
Les hommes politiques n’agissent pas différemment : ils prennent en compte les arguments de leurs détracteurs pour mieux montrer ensuite qu’ils n’ont aucun fondement véritable. Comme eux, vous allez devoir étudier les arguments contraires aux vôtres, en répondant à la question : « Pourquoi tout le monde ne partage pas ma position ? Quelles sont les raisons invoquées par mes adversaires ? ». La thèse est donc l’exposé objectif d’un raisonnement opposé au vôtre.

L’antithèse : A présent, c’est à vous de jouer.
Pour convaincre votre lecteur du bien-fondé de votre position, vous devez lui DÉMONTRER que les arguments développés dans la thèse ne sont pas valables. Vous allez donc les reprendre un à un, en analysant leurs limites et en leur opposant vos propres arguments. A la fin de votre antithèse, le correcteur doit connaître la « solution de remplacement » que vous proposez à la thèse.

NB : Tout au long de votre développement, vous devez être persuasif, en faisant partager à votre correcteur les étapes de votre RAISONNEMENT. Il est donc nécessaire que vous établissiez des LIENS LOGIQUES entre vos arguments et des TRANSITIONS entre vos parties. Dans ce but, n’hésitez pas à utiliser tous les mots de liaison qui sont à votre disposition : En premier lieu ; ensuite ; dès lors ; par exemple ; de même ; ainsi ; aussi ; de plus ; enfin ; en conséquence ; en conclusion ; donc ; etc...
Enfin, retenez pour l’ensemble de votre devoir cette maxime qui devrait vous servir de guide : « Une idée par paragraphe, un exemple par idée »

c) Conclusion

Vous avez à présent franchi toutes les étapes de votre devoir, et votre correcteur est désormais convaincu (par votre brillante argumentation !) du bien fondé de votre théorie. Est-ce le moment de relâcher vos efforts ? Que nenni ! Vous devez au contraire redoubler de prudence, car c’est maintenant que votre professeur va établir son jugement final, et qu’il doit définitivement tomber sous le charme de votre copie.
Pour cela, deux possibilités s’offrent à vous :

Le choix de l’ouverture :
C’est la solution la plus risquée, mais aussi, lorsqu’elle est bien maîtrisée, la plus payante. Il s’agit « d’ouvrir le sujet », c’est à dire de le replacer dans un ensemble plus vaste, auquel il appartient. Par exemple, la loi, le droit ou la justice sont les conséquences d’un contrat social.

La conclusion « classique » :
Cependant, il est préférable de bien fermer un sujet que de mal l’ouvrir. Sans doute, cette solution est moins originale ou remarquable, mais elle reste beaucoup plus sûre, et vous évitera bien des déboires. A ce titre, et dans un premier temps, je ne saurais que trop vous la conseiller. Il s’agit ici d’établir un récapitulatif des étapes les plus déterminantes de votre ARGUMENTATION, en insistant sur l’aboutissement de votre réflexion, à savoir... votre conclusion !!!.

Lire la suite
Philosophie et méthodologie : le commentaire.


Creative Commons License
Cet article est mis à disposition de tous sous un contrat Creative Commons.

Répondre à cet article

 

DANS LA MEME RUBRIQUE

 
 


Gaëlle Sartre-Doublet]
[(Lecture philosophique des contes de fées)
Gaëlle Sartre-Doublet, 42 ans, maitrise de Philosophie. Ex-prof auprès d’un public en difficulté scolaire, ex-journaliste à "La Dépêche du Midi", actuelle fonctionnaire territoriale et modératrice du forum de Vox Populi, rédactrice en chef et directrice de publication pour notre webzine jusqu’au 1er janvier 2009, date qui a vu Laure Dupau reprendre le flambeau.

 

> PHILOSOPHIE ET MÉTHODOLOGIE : LA DISSERTATION
14 juin 2010, par oGé   [retour au début des forums]
bonjour, votre méthodo est très intéressante mais depuis le début de l’année j’en utilise une autre, alors j’aurais voulu savoir si un plan de type "but-obstacle-moyen" est viable pour avoir au dessus de 10 au bac en philo ?


> PHILOSOPHIE ET MÉTHODOLOGIE : LA DISSERTATION


Obstacle-moyen, pourquoi pas pour les deuxième et troisième parties, mais pour commencer, il vous faut impérativement une problématique. Si votre lecteur sait déjà où vous allez dès le départ "but", l’inérêt de votre dissertation en prend un coup ! Cordialement, Gaëlle Sartre-Doublet


> PHILOSOPHIE ET MÉTHODOLOGIE : LA DISSERTATION

13 octobre 2011, par Line123   [retour au début des forums]

Mais la synthese alors, comment fait-on ? Sinon merci pour vos explications ! Si vous êtes prof, j’envie vos élèves..


> PHILOSOPHIE ET MÉTHODOLOGIE : LA DISSERTATION


J’ai été prof en effet, durant dix ans, mais il faudrait demander à mes élèves ce qu’ils en pensent :-)
Sinon, comme je l’ai écrit de manière volontairement très synthétique à la fin du chapitre sur l’antithèse : A la fin de votre antithèse, le correcteur doit connaître la « solution de remplacement » que vous proposez à la thèse.. C’est cela, la synthèse : exposez votre point de vue, en dépassant vous-même votre propre réflexion (thèse et antithèse). Ce n’est pas le plus facile et il faudrait des exemples, concrets, pour expliciter ce concept.
Disons par hypothèse que vous preniez un sujet du type : "Est-ce à l’Etat d’assurer le bonheur de l’individu ?". Vous pourriez, éventuellement, expliquer dans la thèse que le bonheur est une démarche individuelle, démontrer dans l’antithèse qu’à chaque fois que l’Etat s’est mêlé de vie privée, ça a tourné au "Big brother" ou au meilleur des mondes et finir votre raisonnement par votre synthèse en affirmant qu’il est tout de même difficile de construire son bonheur personnel si l’Etat n’assure pas les tâches minimales qui devraient lui incomber (sécurité, justice, pouvoir d’achat etc... à vot’ bon coeur M’sieur-Dame) car il n’existe pas de bonheur individuel sans société. On ouvre sa conclusion sur la nécessité d’un contrat social garant des conditions sans lesquelles aucune responsablité individuelle ne peut s’exprimer, et hop :-) Enfin, ce n’est qu’un exemple, juste pour tenter de vous faire comprendre l’objectif de la synthèse...
Il faudrait faire beaucoup plus long sur le sujet :-)
> PHILOSOPHIE ET MÉTHODOLOGIE : LA DISSERTATION
20 novembre 2007, par Lyse   [retour au début des forums]
Je suis contente d’avoir trouvé votre site.merci pour la methodo du commentaire et de la dissert.Jamais explication n’a été plus claire et plus accessible.bravo et meilleures salutations.


> PHILOSOPHIE ET MÉTHODOLOGIE : LA DISSERTATION


Merci Lyse.

C’est un compliment qui me va droit au cœur !


> PHILOSOPHIE ET MÉTHODOLOGIE : LA DISSERTATION

15 novembre 2008, par july   [retour au début des forums]

c’est vrai c’est excellent !! enfin une explication et des cours gratuits... en plus de la simplicité avec laquelle on les comprends.....

merci !!!


> PHILOSOPHIE ET MÉTHODOLOGIE : LA DISSERTATION


Merci à vous, July, pour l’intérêt que vous leur manifestez. Je suis très sensible à vos remarques, car cela fait toujours plaisir de savoir que l’on n’écrit pas que pour soi !
GSD


> PHILOSOPHIE ET MÉTHODOLOGIE : LA DISSERTATION

20 octobre 2009, par moliere7617   [retour au début des forums]

Merci beaucoup =D très utile :)


> PHILOSOPHIE ET MÉTHODOLOGIE : LA DISSERTATION


Merci à vous de vous pencher sur ce modeste cours de méthodologie.
Je demeure à l’écoute de toute question éventuelle.
Bon cheminement !
GSD


> PHILOSOPHIE ET MÉTHODOLOGIE : LA DISSERTATION

23 octobre 2009   [retour au début des forums]

Bonjour ! Voilà, je vois que vous avez mis un plan du style "thèse antithèse" ; mais, je me demandais pourquoi on disait "thèse antithèse foutaise" alors ? Est ce que ce type de plan est mauvais ? Je ne comprends pas...


> PHILOSOPHIE ET MÉTHODOLOGIE : LA DISSERTATION


Bonjour,

"Thèse antithèse foutaise" est une plaisanterie de potaches qui ne maîtrisent pas le plan thèse antithèse synthèse, le seul qui vaille à mes yeux. En effet, même si j’ai tenté de le simplifier au maximum pour des débutants, le passage où je mentionne : "A la fin de votre antithèse, le correcteur doit connaître la « solution de remplacement » que vous proposez à la thèse." correspond à la synthèse, qui peut et doit prendre une partie à part entière, lorsqu’on maîtrise bien les deux premières parties.
Cordialement,
GSD


> PHILOSOPHIE ET MÉTHODOLOGIE : LA DISSERTATION


Super, franchement, j’ai enfin compris ! Bravo
(1/2) 14 juin 2010, par oGé
(2/2) 20 novembre 2007, par Lyse
.
SPIP / Squelette Spip01
© 09/2003 Gab-design.com sous licence GPL