505 articles,

3 sites à ce jour
Accueil 30|08|2014 Plan du site Agenda Liens Rédacteurs Contact Admin
Accueil >>  Coin Philo
COURS N°5

PHILOSOPHIE ET MÉTHODOLOGIE : LE COMMENTAIRE

samedi 16 octobre 2004, par Gaëlle Sartre-Doublet


2° LES RÈGLES DU COMMENTAIRE DE TEXTE :



A) L’INTRODUCTION

Présentation du texte :

De qui est le texte ? De quel ouvrage est-il tiré ? De quoi traite celui-ci ? sont les questions principales auxquelles vous devez répondre en premier lieu.

Ex : « Le texte que nous nous proposons d’étudier est extrait du Phédon de Platon, dans lequel l’auteur démontre et dénonce la servitude de l’homme vis-à-vis de son corps. »

Etablissement de la problématique :

A présent, vous devez exprimer l’intérêt original du texte lui-même, c’est-à-dire expliquer en quoi il répond à un problème déterminé.

Ex : « Cependant, à travers ce passage, c’est en fait le problème de la difficulté de l’âme d’accéder au Vrai ou à l’Etre, et, éventuellement, le moyen d’y échapper qui est posé. »

Annonce du développement :


Evidemment, vous n’avez pas besoin ici d’annoncer rigoureusement le plan de la première partie de votre développement puisque vous allez tout bonnement... suivre celui de l’auteur !
Cependant, cela ne vous dispense pas de faire une phrase de transition, qui annonce le passage à cette première partie, et surtout d’annoncer le problème que vous allez étudier dans la seconde partie.

Ex : « C’est ce que nous allons à présent tenter de comprendre à travers l’analyse de ce texte, que nous chercherons par la suite à interroger sur ses origines, son contenu et sa portée ».


B) DÉVELOPPEMENT, PARTIE I :

Repérez la structure du texte :

Votre plan doit suivre précisément celui de l’auteur étudié. Vous devez donc opérer un découpage soigneux du texte, en vous aidant de tous les mots de liaison, et particulièrement de ceux qui pourraient témoigner d’une rupture avec ce qui a été dit précédemment : Mais ; cependant ; pourtant ; néanmoins ; par contre ; etc...
Le passage que vous avez à analyser possède un commencement, une construction et une fin dont vous devez témoigner dans votre devoir. Il réclame à ce titre une attitude comparable à celle du biologiste qui s’apprête à disséquer un organisme pour en rechercher les principaux éléments ainsi que leurs rapports.

Procédez à son étude ordonnée :

Une fois ce repérage effectué, vous pouvez commencer à vous atteler à l’étude proprement dite du texte.
Mais attention ! Dégager l’intérêt philosophique du texte, ce n’est ni le résumer, ni le paraphraser, ni étaler tout ce que vous savez sur la vie ou sur la doctrine de son auteur. Vous devez étudier le texte pour ce qu’il vous livre de lui-même, en lui collant au plus près, et en gardant toujours à l’esprit qu’il désire résoudre un problème philosophique précis. Quel est ce problème et comment le texte y répond-il ? sont les deux questions auxquelles vous devez impérativement avoir répondu avant de procéder à une analyse détaillée.
Cette étude revient à repérer chaque unité de sens (phrase ou groupe de phrases) que l’on a précédemment isolée. Vous devez rendre pleinement le sens du texte, en expliquant les concepts utilisés, en développant les idées essentielles de l’auteur, aussi bien exprimées qu’implicites, et en vous gardant de toute interprétation personnelle. Le texte que vous avez à étudier n’est ni une poésie ni un roman, et votre subjectivité doit être exclue de votre travail. De même, ne cherchez pas à éclairer la pensée de l’auteur concerné par d’autres philosophes : LE TEXTE DOIT SE COMPRENDRE PAR LUI-MEME, CAR IL SE SUFFIT A LUI-MEME !!!


C) DÉVELOPPEMENT, PARTIE II

Dégagez l’intérêt philosophique :

Le texte que vous venez de disséquer comporte un intérêt essentiel (si, si...).
A vous de vous en emparer (mais, par pitié, justifiez-le !) afin de le développer sur le mode d’une mini-dissertation. N’hésitez pas à critiquer le passage qui se trouve sous vos yeux, sans pour autant affirmer qu’il est totalement débile : si on vous l’a proposé, c’est que, justement, il ne l’est pas.
Aidez-vous pour cela des auteurs qui ont émis un avis contraire au sien sans pour autant les caricaturer ou les parodier. C’est VOTRE avis qui compte, et Descartes ou Platon ne sont que des OUTILS à votre disposition pour faire valoir VOTRE position. Le piège à éviter ABSOLUMENT est donc de faire un devoir sur le thème : « Machiavel a dit ceci, Hobbes cela et Rousseau autre chose », car votre professeur, Dieu merci, le sait encore mieux que vous !!!.
Ce qui l’intéresse, ce n’est donc pas uniquement votre culture, mais la manière dont vous savez l’UTILISER, pour étoffer votre conviction propre.

NB : Il se peut que vous soyez d’accord avec l’auteur du texte : ne paniquez pas ! ...

1) Mettez au contraire en valeur son judicieux raisonnement, en démontrant que tous ses adversaires ont de faux arguments (sans pour autant les dévaloriser, car à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire, et votre idole mérite mieux que ça).

2) Etayez son raisonnement par d’autres démonstrations philosophiques, qui partagent son point de vue (à ce propos, sachez que Michel Leeb a tort : plus y a de fous, moins il y a de riz ; c’est-à-dire, en clair et sans décodeur, évitez un catalogue de références philosophiques qui abrutirait tout le monde : un ou deux auteurs suffisent !).

D) LA CONCLUSION :

A présent , vous devez rappeler la question fondamentale du texte, c’est-à-dire sa problématique. Ceci fait, vous pouvez désormais récapituler :
1) Les étapes décisives du raisonnement de l’auteur et sa conclusion.
2) Le thème essentiel qui, d’après vous, s’en dégage.
3) Les critiques ou objections que vous avez pu formuler à l’encontre du texte (par rapport au thème choisi, bien évidemment) ou, au contraire, l’affinement de cette pertinente théorie.
4) Les propositions de « remplacement » (ou la confirmation des thèses du texte) que vous avez énoncées, à l’aide d’auteurs qui abondent dans votre sens.

Lire la suite :
Thème N°1 : l’inconscient


Creative Commons License
Cet article est mis à disposition de tous sous un contrat Creative Commons.

Répondre à cet article

 

DANS LA MEME RUBRIQUE

 
 


Gaëlle Sartre-Doublet]
[(Lecture philosophique des contes de fées)
Gaëlle Sartre-Doublet, 42 ans, maitrise de Philosophie. Ex-prof auprès d’un public en difficulté scolaire, ex-journaliste à "La Dépêche du Midi", actuelle fonctionnaire territoriale et modératrice du forum de Vox Populi, rédactrice en chef et directrice de publication pour notre webzine jusqu’au 1er janvier 2009, date qui a vu Laure Dupau reprendre le flambeau.

 

.
SPIP / Squelette Spip01
© 09/2003 Gab-design.com sous licence GPL