Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/voxpopuli/www/config/ecran_securite.php on line 317
ABOU GHRAIB : L'HORREUR SANS FIN - Vox Populi

Accueil > International > ABOU GHRAIB : L’HORREUR SANS FIN

ABOU GHRAIB : L’HORREUR SANS FIN

jeudi 16 février 2006, par Gaëlle Sartre Doublet

Il existe des coïncidences troublantes, à défaut d’être heureuses. En 2004, l’assassinat de Nick Berg détournait le regard de l’opinion mondiale des insoutenables sévices subis par les détenus de la prison d’Abou Ghraïb. En 2006, la suite de ce rapport apparaît en pleine "affaire" des caricatures de Mahomet. Le moins que l’on puisse dire dans les deux cas, c’est que si le staff Bushiste et les intégristes étaient des alliés objectifs, ils ne s’y prendraient pas autrement...

Mai 2004 : les sévices en Irak comme dans la prison d’Abou Ghraïb font rage. Une écrasante majorité du monde est écœurée à la vue d’images insoutenables, dont Lynndie England devient le symbole. Moins de deux semaines plus tard, Nick Berg apparaît décapité par des intégristes dans une vidéo qui fait le tour du monde. L’atroce a répondu à l’horreur, et chacun peut désormais stigmatiser "l’ennemi" en toute bonne conscience.

Février 2006 : les deux "mondes" s’embrasent à nouveau sur les caricatures de Mahomet, après un pélerinage très médiatisé à la mecque - après, surtout, la victoire du Hamas.
L’Occident tente de reprendre "la main" : non, ce n’est pas aux religions de lui dicter son droit, notamment en France, où la séparation de l’église et de l’Etat est chose acquise depuis 1905. Une partie des musulmans français conteste cette dimension en invitant messieurs Raoult et Sarkozy, politiques, à intervenir dans la sphère privée de la liberté de conscience et de culte. Ces hauts représentants de l’Etat semblent, contre toute logique, prêter "une oreille attentive" à des revendications en totale contradiction avec les principes mêmes de république et de laïcité.
Là-dessus, mercredi 15 février, coup de théâtre : la télévision autralienne SBS, via l’emission Dateline, diffuse à 20h30 (9h30 GMT) la suite des photographies projetées au Congrès américain lors d’une audition privée. La suite seulement, car une grande partie de ces clichés avait déjà "fuité" en 2004.
Un homme git au sol, avec d’importantes blessures à la tête ; un autre, encagoulé et ligoté, s’agenouille, menacé par un chien.

JPEG - 16.4 ko
Abou Ghraïb : humiliation et peur au quotidien


Un troisième a la gorge tranchée. Les images défilent, odieuses.

JPEG - 4.8 ko
Abou Ghraïb : homme entravé et torturé
JPEG - 7.2 ko
Abou Ghraïb : homme couvert d’excréments


Les cicatrices succèdent aux brûlures, aux excréments, aux pendaisons. Sur certaines photos, on reconnaît un bourreau :
Lynndie England.

JPEG - 25.1 ko
Lynndie England


Nous avons suffisamment stigmatisé dans nos colonnes toute l’horreur des sévices endurés par les prisonniers d’Abou Ghraïb pour ne pas avoir à y revenir. Mais comment peut-on aujourd’hui s’étonner que ces tortures ne soient nullement le fait de "soldats isolés" ? Comment peut-on feindre d’être surpris par ces images qui ne font malheureusement que confirmer ce que nous savions déjà ?
Comment enfin ne pas s’interroger sur cette "révélation" : pourquoi maintenant ?

PS : toutes ces photos proviennent de l’AFP/SBS TV, en dehors de celle de Lynndie England, qui date de 2004 et dont nous ignorons précisément l’origine (vraisemblablement l’AFP)

PS2 : L’ACLU, union américaine des libertés civiles, s’était depuis longtemps procuré ces photos. Le gouvernement américain avait alors fait appel pour empêcher leur diffusion.

PS3 : Lire notre article de mai 2004 sur le sujet
On n’était pas visionnaires, mais...

Dernière heure au 15/05/07 :
"Abou Ghraib : après les sévices, l’injustice"

Messages

  • Les faits :

    - des photos ;
    - des témoignages, des accusants et des accusés
    - une enquête, des enquêtes, de l’armée américaine, de différents journaux

    Pour quelles conclusions :

    Des soldats américains se sont retrouvés chargés de surveiller ceux que leurs officiers leur remettaient, avec au-dessus de la tête de ces prisonniers le message simple "ce sont de grands méchants".

    Question : des ordres ont-ils été donnés "en haut lieu" (disons Cheney, Bush...) ? Il semble que oui - mais il semble seulement... La certitude n’est pas au rendez-vous. Pas de "Watergate" sur cette affaire. Même si le fait de confier la garde de tels prisonniers à de tels soldats relève déjà d’une insondable bêtise.

    Question : à qui profite ces informations ? Celles et ceux qui manifestent dans les rues contre les "caricatures de Mahomet" doivent se frotter les mains d’ajouter une "raison" à leur "colère". Qui a intérêt à voir ces foules être encore plus en colère ? Les US ?

    Que ce soit Abou Ghraib, Kathrina, etc..., la liste des choix et des incompétences de Georges semble ne pas se terminer. Mais la démocratie américaine paraît incapable de faire trembler sur ces bases un pouvoir économico-militaro-industriel (contre lequel le... général Eisenhower, devenu Président, mettait en garde les américains à la fin des années 50 !). Les stars de ciné donnent des coups de griffe, mais Georges sourit. Et nous ? Nous, il y a, ultime affaire, le Clémenceau - mais Jacques sourit, les critiques critiquent, l’eau passe sous les ponts, glisse sur sa peau d’homme de pierre, Jacques ne ressent rien, et nous devons attendre le terme légal de son mandat pour nous réjouir de ne plus être présider par un tel...

    Abou Ghraib est, desormais, un fait avéré, par l’armée américaine elle-même (ses enquêtes, ses procès en cour martiale, ses jugements) ; mais la société américaine ne fait-elle pas pire qu’Abou Grhaib à travers le monde ? A nos côtés ? Une piste par exemple : ces deux gouvernements "démocratiques" soutiennent le gouvernement chinois, qui pratique l’élimination des opposants, la torture, la repression des émeutes paysannes, la mise en esclavage de millions de citoyens pour les entreprises capitalistes, ... Et qui parle pour ces chinois et chinoises soumis à la loi de l’Etat ? Personne... Car ces sujets ne font pas la une des médias occidentaux - pour quoi ?

    Voir en ligne : L’action littéraire

    • Je ne nie pas qu’il y a bien d’autres drames dont personne ne parle, même pas vous, monsieur Grellety.
      Pourquoi ? Par intérêts financiers qui foutent une chape de plomb sur l’information. Et si l’on veut être rigoureux, il faut en avoir pour ne pas dire n’importe quoi ni se fier au apparences. Même si dans le fond, chacun sait. Pour Abou Ghraib, mais aussi pour Gantanamo, Cropper, nous savions tous depuis longtemps, sans pouvoir le prouver. Les Etats-Unis font leur auto-critique ? J’en suis fort aise : le staff Bushiste savait bien avant moi ce qu’il se passait là-bas, et Vox l’a dénoncé dès 2004. Ils ont un rapport d’Amnisty qui ne leur épargne rien, des dizaine d’avocats sur le rable. Ils n’avaient pas le choix.
      Quand à l’implication du Staff Bushiste, pas de Watergate ?
      Non. Le monde occidental est écoeuré, les intégristes de tout poil se chargeront de nous le rappeler. Car il ne fait aucun doute que "l’équipe Bush" est impliquée jusqu’au cou. Mais, tout comme vous niiez les répercussions désastreuses qu’aurait la seconde guerre en Irak lorsqu’elle a commencé, vous continuerez à attendre les verdicts des tribunaux pour reconnaître l’évidence sur la participation du gouvernement des états-unis dans ces tortures.
      D’ici là, tout le monde aura les yeux tournés vers un autre horizon (c’est déjà fait d’ailleurs).
      Combien d’intellectuels français pourront avoir une attitude claire sur ces enjeux ?
      Aucun, ou presque. A quelques exceptions près - notables - nul ne reconnaît, même aujourd’hui, même après ce chaos en Irak, ces tortures carcérales, cette flambée de l’intégrisme, s’être trompé.
      Vous n’échappez pas à la règle, monsieur Grellety. Je me souviens encore de mails échangés ou vous me promettiez la paix là où moi, je luttais déjà contre la guerre...

      En fait sous le soleil, rien ne change. Avant, on avait la dictature, maintenant, en sus, on a Ben Laden. Une grande réussite, décidément !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.