Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/voxpopuli/www/config/ecran_securite.php on line 317
ELKABBACH JEAN-PIERRE, VOTRE SERVITEUR-MAÎTRE... - vox-populi.net

Accueil > Politique française > ELKABBACH JEAN-PIERRE, VOTRE SERVITEUR-MAÎTRE...

ELKABBACH JEAN-PIERRE, VOTRE SERVITEUR-MAÎTRE...

dimanche 26 février 2006, par Jean Christophe Grellety

Il est Président d’Europe 1, mais il est aussi Président de Public Sénat, la chaîne parlementaire. Dans ses "interviews" politiques, s’il lui est arrivé d’évoquer la question du "cumul des mandats" avec nos gouvernants, il n’a à aucun moment paru tenté de retourner cette interrogation vis-à-vis de lui-même.
Elkabbach ne doute de rien, pas même de sa déontologie lorsqu’il contacte Nicolas Sarkozy au téléphone... afin de lui demander quel journaliste lui siérait le plus pour le suivre dans ses pérégrinations.
Petite autopsie d’un cadavre du journalisme...

Mercredi 22 février, la direction d’Europe 1 confirme les informations publiées le même jour par Le Canard enchaîné :
Jean-Pierre Elkabbach, président de la célèbre maison de radio, a "consulté" Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur et président de l’UMP, pour recruter un journaliste chargé de suivre ses activités.

Le 10 février, Nicolas Sarkozy est en déplacement à Chamonix, accompagné de quelques journalistes.
Monsieur Sans-Gêne confirme la rumeur : Jean-Pierre Elkabbach lui a bien "demandé son avis" pour statuer sur le remplacement de la journaliste politique Caroline Roux, partie pour Canal+ et accréditée jusque-là par Europe 1 auprès de l’UMP, afin de suivre les activités de son président.

En somme, pour courir aux basques du Président-Roi de l’UMP et trop célèbre Ministre de l’Intérieur, successeur en chef de Fouquet, Jean-Pierre Elkabbach ne conçoit pas qu’il puisse choisir en toute indépendance un "fin limier", un "roquet", qui ne lâchera rien et saura tout divulguer des actes et des paroles du petit Nicolas.
Non. Le profil du bon journaliste pour Europe 1, chargé de suivre, pas à pas, le chef des RG, peut s’établir de la manière suivante :

- Etudes à Sciences-Po ou à l’ENA
- Issu d’une bonne famille
- Sympathisant de droite
- Références intellectuelles exigées : Raymond Aron,
Nicolas Baverez...
- Admirateur inconditionnel de Nicolas Sarkozy (pour
vérifier cet état de fait, le patron d’Europe 1
observe le visage du journaliste candidat : s’il
s’illumine à chaque énonciation du patronyme magique, il est bon pour le service).

Pris la main dans le sac, l’homme le plus informé de France répond sereinement :
"Bien sûr, et c’est normal. J’ai été ministre de la communication, je suis cela de très près, ça fait aussi partie du travail politique."

Il semblerait que cette collusion évidente entre le patron d’une radio qui appartient déjà au groupe Lagardère, dont le PDG est un ami proche du petit Nicolas, ait tout de même suscité quelques remous dans la rédaction d’Europe 1.
Mais aux esprits chagrins, Jean-Pierre Elkabbach répond calmement qu’il est "normal de consulter les politiques pour recruter des journalistes pas trop près du pouvoir".
Si le bureau de la société des rédacteurs (SDR) d’Europe 1 estime quant à lui que la majorité des journalistes présents dans la rédaction n’est pas satisfaite de cette "explication", Jean-Pierre Elkabbach fait vibrer la corde de son indépendance personnelle comme de la déontologie journalistique en ajoutant :
"Je ne connais pas la jeune génération des journalistes, donc je me renseigne. Je suis tout le temps à l’écoute, les yeux ouverts, je lis les journaux, j’écoute les radios, je regarde la télévision. Je parle librement avec Sarkozy, comme je le fais avec Julien Dray, François Hollande, François Bayrou (...), les syndicats, les groupes de pression, les professeurs de science politique... Mais la décision sera prise en concertation avec les gens d’Europe 1 pour choisir le journaliste le plus indépendant et le plus compétent."

Soit. Mais alors comment expliquer que les journalistes, "spécialistes" auto-proclamés de "la vie politique" française, dans des médias comme TF1, LCI, Itélé (...) aient tous le même profil ?
Pourquoi Jean-Pierre Elkabbach est-il un cumulard des fonctions et des revenus, collectionneur de postes à responsabilité dans de nombreux grands médias français ?
Quelles sont ses motivations profondes, lorsque, évincé en 1982, il rejoint Europe 1 après avoir été contraint - lui, l’homme de Giscard - d’annoncer mine défaite la victoire de Mitterrand ?
Quel crédit peut accorder le citoyen à la déontologie d’un homme dont le parcours est à lui seul éminemment suspect ?
Autant de questions auxquelles il faudra bien un jour qu’Elkabbach, comme tous ceux qui construisent la pensée unique de ce pays, finissent par rendre compte...

Dernière heure au 04/06/08 :
- "Tirez-vous, Elkabbach !"

A lire aussi :

Messages

  • pourquoi tant de haine dans votre texte vis à vis de ceux qui réussissent par un travail sérieux et positif ?!
    Pourquoi être toujours si négatif ?!
    Il faut positiver et aller de l’avant.
    merci

    • Je trouve qu’il n’y a aucune haine dans ces propos, juste une interrogation brûlante : quid de l’indépendance journalistique vis-à-vis du pouvoir ? Car le vrai problème, c’est qu’Elkabbach est loin d’être le seul et qu’on est en droit de se demander ce qu’il reste de la liberté de la presse aujourd’hui...

      Voir en ligne : http://http://www.acrimed.org/artic...

    • La réussite peut-elle être un critère absolu de respect pour un individu ? Mais les journalistes de Fox News réussissent, certains sont devenus des figures de l’art du commentaire politique aux Etats-Unis, et pourtant, ils ne sont pas respectables, ni admirables... Certains réussissent dans les grands médias parce qu’ils sont des serviteurs évidents de quelques hommes politiques en vogue. Faut-il les admirer pour cela ?
      Haine à l’égard de Jean-Pierre Elkabach ? Non merci, le mépris, le dégoût, mais surtout la critique à son endroit, suffisent. Car cet individu n’a aucune qualité spéciale. Mais il est un homme de réseau(x), comme il l’a prouvé dans cette affaire, et il faut le féliciter d’être aussi maladroit. Ce qui est très ennuyeux, avec ces potentats médiatiques, c’est que les élections nous servent à récuser ou renouveler les hommes politiques qui représentent la nation, mais que ces individus, quoiqu’il en soit de leurs trahisons, oublis, mépris à l’égard de la déontologie, leur rôle dans la fabrication d’une malbouffe mentale, sont inamovibles, ... Enfin, c’est ce que nous croyons et ce qu’ils essaient de nous faire croire. Mais si la rédaction d’Europe 1 se mobilisait contre son chef, pourrait-il tenir très longtemps ? Jean-Pierre Elkabach est un homme qui a sa carrière derrière lui, et il serait temps que quelqu’un lui fasse comprendre qu’il est temps qu’il prenne sa retraite, cela lui laissera le temps d’écrire des livres inutiles...

      Voir en ligne : L’action littéraire

  • Il y a belle lurette qu’il fallait l’éliminer ce journaliste véreux ! depuis l’époque Marchais !! C’est ce genre de personnage dangereux pour la France qu’il n’aurait pas fallut voir en 1940 .....

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.