Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/voxpopuli/www/config/ecran_securite.php on line 317
ARNAUD MONTEBOURG : POUR UN NOUVEAU PARTI SOCIALISTE ? - vox-populi.net

Accueil > Politique française > ARNAUD MONTEBOURG : POUR UN NOUVEAU PARTI SOCIALISTE ?

ARNAUD MONTEBOURG : POUR UN NOUVEAU PARTI SOCIALISTE ?

Une visite de "l’Incorruptible" en Périgord

samedi 5 novembre 2005, par Jean Christophe Grellety

Arnaud Montebourg avait rendez-vous dans la permanence de Béatrice Patrie.
A 19 heures, il arrive. Comme l’exigent les obligations sociales de l’homme politique, il salue chacun, serre les mains.
Un moment que choisit Vox Populi pour connaitre ses propositions et questionner l’homme qui fait beaucoup parler de lui depuis la victoire du "non" au référendum européen sur la problématique de ces médias nationaux qui soutiennent activement les choix et l’idéologie de l’Etat...

Quelques adhérents du Parti Socialiste sont là pour l’accueillir. Une conférence de presse est prévue à l’attention des médias locaux comme Sud-Ouest.
Après les remerciements d’usage envers ceux qui le reçoivent et l’entourent, il expose son analyse de la situation du Parti Socialiste comme de la France.
Au sein même du P.S, il indique, à l’attention de ses camarades, que le vote en faveur de la motion Hollande relèverait le cas échéant d’un "réflexe conservateur".
Réjoui de l’alliance avec Henri Emmanuelli, il signale par ailleurs que le Nouveau parti socialiste (NPS) n’a pas de candidat au futur Congrès du Mans, puisque le candidat du NPS, c’est "son projet" !

Des militants rejoignent un lieu public de la ville de Bergerac en soirée, pour le meeting. La salle est pleine. Arnaud Montebourg est connu pour être un orateur que certains qualifient de procureur, tant son obsession d’un Droit tout ce qu’il y a de plus... droit (!) est constante et marquée.
A gauche, Roland Dumas en a fait les frais, lui qui poursuit depuis ses déboires - et de toute sa morgue - celui qui a réussi à le marginaliser dans le Parti de feu Mitterrand.
A droite, Alain Juppé a dû quitter un logement de fonction, octroyé par la mairie chiraquienne de Paris, alors qu’il payait un loyer largement inférieur au prix du marché. De même, Jacques Chirac aurait pu répondre de ses actes devant une Haute Cour de Justice si Lionel Jospin, alors Premier ministre, avait accepté que les députés et les sénateurs socialistes votent sa mise en accusation.
Las ! Le leader des socialistes interdit cette action - pour sans doute regretter son choix quelques années plus tard...
En toute lucidité, Arnaud Montebourg dresse dès lors la liste de ses "échecs" : les tribunaux de commerce, malgré son enquête, n’ont pas été modifiés ; Alain Juppé a "un destin devant lui" ; quant à Jacques Chirac...
La France est lourdement conservatrice, surtout lorsque l’électorat de gauche s’éloigne du Parti. En 2002, le candidat Jospin, qui avait eu la mauvaise idée (une de plus) d’affirmer devant des millions de télespectateurs interloqués et des socialistes médusés que son projet n’était « pas socialiste », a péniblement recueilli 13 % du vote ouvrier !
Selon le député de Saône-et-Loire, il ne faut pas hésiter à le marteler : le monde ouvrier est le premier en ligne à devoir pâtir d’une « mondialisation » dont le moteur est un "capitalisme" devenu "bête sauvage".
Or, certains camarades socialistes semblent rejoindre la droite qui, une fois à la tête de l’Etat, affirme qu’elle n’a pas de pouvoir pour réguler, contrôler, encadrer cette gloutonnerie libérale. Si les « valeurs de la droite sont l’individu, l’argent, la communauté, et la prison », Montebourg estime que « La vertu cardinale, l’argent, qui vous sert à paraître, à être » n’est qu’injustement redistribuée : « si vous n’en avez pas, vous n’existez pas, vous ne comptez pas ».
Est-ce le rôle des socialistes et des politiques que de dire qu’ils ne peuvent rien faire ? Arnaud Montebourg n’entend pas se résigner. C’est le sens du projet du Nouveau Parti Socialiste.
En France, le NPS soutient une réforme constitutionnelle (la VIème République), soumise sous les six mois (après les prochaines élections présidentielles et législatives) au vote des Français par référendum. Il s’agit, notamment, d’interdire le cumul des mandats, d’engager une parité réelle. Mais il s’agit surtout de revoir l’ensemble de l’organisation étatique afin de basculer d’un régime autoritaire à une réelle démocratie. C’est ce que Arnaud Montebourg expose, avec Bastien François, dans son dernier ouvrage « La Constitution de la 6ème République - réconcilier les Français avec la démocratie... »
La salle est conquise, mais le vote des militants est attendu, décisif...

Arnaud Montebourg a répondu à notre question :

VP : Dans la conférence de presse, vous avez stigmatisé les médias français que vous accusez de décerveler les Français. TF1 par exemple ?

AM : Je ne veux pas parler de TF1 en particulier mais du système médiatique dans son ensemble. Les citoyens sont trop passifs devant leur poste de télévision, à pester.
Pour que nous puissions, nous les politiques, nous faire entendre des citoyens, nous devons avoir une tribune. Or, il n’y a plus d’émission politique digne de ce nom. Sur le service public, il n’y a rien. Nous vivons l’inversion des valeurs. Nous sommes des hommes et des femmes qui passons 6 jours sur 7 à notre mission, jour et nuit, souvent loin des nôtres. Et lorsque nous sommes reçus dans les médias, nous sommes traités comme des moins que rien, nous n’avons pas le temps de nous faire entendre ni comprendre. Je souhaite que, lors de la prochaine législature, si nous sommes élus, le service public se voit encadrer par un cahier des charges qui prévoit des émissions de débat public, sans problématique d’audience, et aux bonnes heures...

Messages

  • Suite au Congrès du Mans au cours duquel il a choisi de ne pas soutenir les alliances avec la majorité élue, dirigée par François Hollande, Arnaud Montebourg vient de réunir à Paris, à l’Assemblée Nationale, des membres du Parti Socialiste et du NPS pour préparer la création d’un nouveau courant, interne au PS, dont les idées principales prolongeront celles du NPS défunt (à commencer par une refondation constitutionnelle). Il a indiqué que ce nouveau courant serait évalement ouvert aux sympathisants non adhérents du PS. La rupture avec Vincent Peillon semble desormais totale.

    Voir en ligne : Le Parti Socialiste

    • j’adhèrerai volontier à un mouvement ou courant d’idées proche de celui d’Arnaud Montebourg,(changer la manière de vivre et de faire la politique + démocratiquement) d’autant qu’il n’y a pas obligation d’adhésion a un parti traditionel.
      il y a urgence à mobiliser les français et pas seulement ceux des partis de pouvoir qui reçoivent la pensée unique (qui vient toujours d’en haut)de leurs dirigeants.
      Ph.BSM
      44260 Savenay

    • c’est le moment maintenant d’adhérer à "Rénover Maintenant" pas besoin d’être au PS !

    • Rénover maintenant est en route. Allez consulter le blog de ce nouveau parti :
      www.renover-maintenant.org

      Bravo Arnaud Montebourg il n’a pas vendu son âme pour un poste à la direction. C’est ça l’e,gagement politique.

    • N’empêche que depuis cet entretien, il s’est Royalement compromis et planté.
      A suivre ?...

  • MONTEBOURG est un arriviste, qui ne connait rien à la politique.Il travaille pour lui même, mais comme il a pas d’appareil derrière lui ,il tente de s’en constituer un nouveau.

    • Mouai ben c’est un peu court comme affirmation...
      Pourquoi arriviste ? Pourquoi serait il insincère dans ce qu’il dit ?
      ça sent le mauvais procès par avance !

    • ce qui est bien dans la démocratie, c’est que n’importe qui peut dire n’importe quoi
      ce qui est mal dans la démocratie, c’est que n’importe qui peut dire n’importe quoi

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.