Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/voxpopuli/www/config/ecran_securite.php on line 317
ANPE : MODE D'EMPLOI - vox-populi.net

Accueil > Société > ANPE : MODE D’EMPLOI

ANPE : MODE D’EMPLOI

dimanche 14 mars 2004, par Christine Adam

Avec l’arrêt subit des allocations chômage pour plusieurs milliers de personnes (entre 180.000 et 250.000 sur toute la france), la situation financière de l’assurance chômage s’améliore... mais à quel prix !
Depuis quelques mois, on assiste à l’arrivée massive sur le marché de l’emploi de personnes financièrement prises à la gorge et prêtes à tout pour travailler. En dépit des déclarations du gouvernement, affirmant sans faillir que le nombre de créations d’emplois n’a jamais été aussi important depuis 18 ans, le marché du travail demeure obstinément en berne. Aussi peu favorable aux chômeurs qu’en fin d’année dernière, il rend désormais l’accès à un contrat de travail comparable à l’obtention d’un gain au loto, n’en déplaisent aux lois merveilleuses d’auto-régulation de l’offre et de la demande chères au MEDEF. Témoignage à chaud.

STRUCTURES INADAPTÉES

Observatrice de l’intérieur depuis quelques mois de ce phénomène, je découvre avec effroi que les structures d’aides aux chômeurs sont inadaptées et se résument à quelques théorèmes assez simples :

1/ NE BATTONS PAS LE FER TANT QU’IL EST CHAUD

Lors de la première inscription, vous devrez attendre 3 semaines au minimum pour qu’un conseiller daigne vous recevoir. Or, en 3 semaines, vous avez largement le temps de douter de vous, de vos capacités, et de vous retrouver d’entrée de jeu freiné net dans votre élan de "winner" potentiel.

2/ LONGUE VIE AUX STATISTIQUES

Le jour J, qui vous mène devant ledit conseiller porteur de tous vos espoirs, arrive enfin. Au terme d’un maigre entretien, il vous parque sans état d’âme dans une catégorie professionnelle, afin d’alimenter ses statistiques. Par exemple, si vous avez un bac + 5 en histoire et venez de quitter un emploi de caissière, vous aurez la chance de figurer dans la catégorie socio professionnelle : “vente en magasin”.
Indicible honneur ! Le pire étant dès lors que vous pourrez difficilement refuser, si l’ANPE a l’heur de vous le proposer, un poste dans la grande distribution... sous peine de suppression de vos allocs !

3/ JE NE SAIS PAS DONC J’INSCRIS

L’écrasante majorité des employés de l’ANPE ne connait pas les métiers ni les qualifications mentionnés dans le CV que vous leur remettez. Néanmoins imperturbables, ses agents finiront bien par vous faire rentrer dans une case, même si ce n’est pas la vôtre. C’est ainsi, par exemple, qu’un logisticien se transforme d’un simple clic en "agent de maîtrise fabrication" (c’est du vécu !).

4/ FORMIDABLES FORMATIONS

Le chômeur est par définition considéré comme incapable, même s’il a déjà travaillé depuis de longues années. Le seul remède à sa situation est de lui faire croire au miracle de la formation, quand bien même il n’en aurait nullement besoin. Ainsi lui est proposée une gamme alléchante de perfectionnements bidons en tout genre, secrétariat, accueil, informatique..., avec une nette préférence pour les filières archi-bouchées. Quitte à l’occuper coûte que coûte, une suggestion : pourquoi ne pas lui proposer des formations en coiffure, couture ou bricolage, qui auraient au moins le mérite d’être utiles à sa vie quotidienne ?

5/ LE MALADE IMAGINAIRE

Être chômeur n’est ni une honte ni une maladie. Par conséquent, inutile mesdames et messieurs de l’ANPE de prévoir à notre effet des réunions de type alcooliques anonymes. Très prompts à nous fournir aide psychologique de groupe, relooking de masse et morale à tout va, vous oubliez un peu vite que votre assurance ne tient qu’au fait que vous êtes de l’autre côté du comptoir. Inversez un jour les rôles avec l’un de vos demandeurs d’emploi et vous serez sans doute surpris de constater qui, des deux, est le plus à l’aise...

INTÉRIM, ANPE, MAGOUILLES & COMPAGNIE

Les agences d’intérim ont vite compris les faiblesses du service public et tirent un maximum de bénéfices du flou économique. En effet, elles ont réalisé le tour de force d’obtenir des subventions publiques pour placer des gens en entreprises, c’est-à-dire... afin d’exercer leur métier !
C’est ainsi qu’elles proposent des offres d’emploi fictives sur le site de l’ANPE, qui, leur transmettant des centaines de candidatures, leur permet de créer de véritables banques de CV. Le tout bien évidemment sans prévenir les postulants, condamnés à attendre en vain une réponse à leurs candidatures.
L’ANPE, informée de ces pratiques, ne les dénonce pourtant pas, car ces annonces virtuelles font grimper son quota d’offres d’emplois en cours.
A l’heure où des comités de chômeurs portent plainte contre l’Unedic pour "rupture unilatérale de contrat" relative au PARE (Plan d’aide au retour à l’emploi), une question semble s’imposer : l’ANPE deviendra-t-elle le premier employeur de France dans quelques années ?
Si tel doit être le cas, il semble que certaines pratiques soient à revoir... d’urgence !

A lire aussi :
- "CV démodés ? et si on parlait de compétences ?"
- "Le chômage vu par l’UMP"
- "Chômage : l’indécence"
© Dessin : Laetitia Koch 2002-2004 - Tous droits réservés.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.