Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/voxpopuli/www/config/ecran_securite.php on line 317
MADRID : L'EUROPE TOUCHÉE AU CŒUR - vox-populi.net

Accueil > International > MADRID : L’EUROPE TOUCHÉE AU CŒUR

MADRID : L’EUROPE TOUCHÉE AU CŒUR

mercredi 17 mars 2004, par Gaëlle Sartre Doublet

Il aurait fallu préserver ce silence, cette émotion, cette dignité, ces mains blanchies de tout un peuple, paumes ouvertes vers l’avenir, par cortèges entiers. Il aurait fallu savoir se taire, affronter l’effroi et l’atroce, dans la solidarité et le deuil. Il fallait laisser couler les larmes et enterrer les morts, dans le recueillement et la compassion. Pourtant, sans la moindre pudeur et moins d’une semaine après l’acte de barbarie insoutenable qui a touché Madrid, notre société du spectacle reprend ses pleins pouvoirs et impose sa vision affligeante du monde. Elite autiste, arrogante, sûre d’elle-même, sourde à la douleur populaire, elle trace inexorablement sa route, envers et contre tous, envers et contre nous...

Morts sur ordonnance

Jamais je pense n’avoir ressenti un tel choc en regardant le journal de 20 heures, pas même lors des guerres successives en Irak ni des attentats du 11 septembre.
Non qu’il existe une hiérarchie des morts ou du crime, car le statut de victime demeure tragiquement identique à lui-même. Mais l’impossibilité absolue de donner du sens à ce geste, si sens on peut donner à tout acte terroriste, atteint les limites de la raison comme de l’humain.
Car qui étaient les victimes ? Des banlieusards, partant travailler au petit matin. Innocents. Massivement contre la guerre en Irak.
Le peuple espagnol avait dit non à cette sale guerre, exprimant son mécontentement lors de nombreuses manifestations. Qui donc sont ces dirigeants qui font fi de l’opinion de leur peuple ? Qui sont-ils, ces incendiaires, du dictateur Saddam Hussein (ouvertement anti-démocrate) à Arafat ou Sharon, en passant par Georges W.Bush, Tony Blair ou Aznar ? Lequel d’entre eux rendra compte des morts et répondra aux vivants ?
Il n’y a pas de mots pour traduire l’horreur des attentats de Madrid. Mais une chose est certaine : la boucherie du 11 mars découle d’une froide logique de politique internationale qui ne doit rien au hasard.
A force de nier les peuples, de les soumettre sans états d’âme aux lois économiques et aux intérêts militaro-pétroliers, on crée jour après jour des bombes humaines... capables de tout puisqu’elles n’ont plus rien à perdre.

Fatalité orchestrée

La violence absurde des événements de Madrid permettra-t-elle au moins de remettre en question le comportement de nos élites ?
Y aura-t-il enfin une prise de conscience internationale sur les enjeux de nos politiques étrangères respectives ?
Malheureusement, rien n’est moins sûr... Les morts tout juste exhumés des décombres, Aznar s’accrochait pathétiquement à sa thèse de l’ETA, l’oeil rivé sur l’urne des élections à venir, lors même que coté France, Arlette Chabot pérorait aimablement avec Bernard Kouchner pour savoir comment les "démocraties européennes" allaient désormais s’organiser. Pour réduire l’écart Nord-Sud ? Pour mettre fin au conflit Istraelo-Palestinien ? Pour cesser de jouer les shérifs au Proche-Orient et prendre en considération le reste de la planète comme les aspirations populaires ? Non. Plus prosaïquement, pour que nos services de renseignements coopèrent mieux les uns avec les autres !

Les invasions barbares

A problème complexe, solution simple donc : obstinons-nous dans l’erreur. Le 11 septembre 2001 n’a en rien fait évoluer la politique de Bush (bien au contraire). Le 11 mars 2004 met fin au mandat d’Aznar au profit de José Louis Zapatero, ce qui sur le fond ne changera rien. Attendons-nous au pire. Ce mois-ci encore, la France et les Etats-Unis ont renversé par la force un Président démocratiquement élu : le Haïtien Aristide. Certes, son bilan était plus que contestable, certes, Haïti est un bout de monde, mais la négation du droit international est le pire des venins que nous nous infligeons.
Nous commençons à peine à en payer le prix...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.