Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/voxpopuli/www/config/ecran_securite.php on line 317
LE PETIT ÉCRAN ENTRE TÉLÉ-RÉALITÉ ET FICTION PURE - vox-populi.net

Accueil > Société > LE PETIT ÉCRAN ENTRE TÉLÉ-RÉALITÉ ET FICTION PURE

LE PETIT ÉCRAN ENTRE TÉLÉ-RÉALITÉ ET FICTION PURE

samedi 24 avril 2004, par Jean Christophe Grellety

La real-TV envahit plus que jamais nos écrans. Impossible d’y échapper : après "Le loft", "La ferme", qui sont à la real-TV ce que le Champomi est à un Champagne grand cru. Contrairement à leurs homologues américains, nos professionnels du petit écran semblent avoir oublié que la télé-réalité est un vrai concept d’inspiration Warholienne. Petit comparatif.

Donner du sens

Patrick le Lay, le grand patron de TF1, l’avait proclamé haut et fort, après avoir piqué la mouche devant l’audace de M6 et son premier Loft Story : jamais, Ô grand jamais, TF1 ne ferait de la « télé-poubelle », comprenez de la « télé-réalité ».
Effectivement, dans un sens, TF1 a tenu parole : ce que la chaîne nous propose n’en relève absolument pas. S’il y eut Nice People qui, comme son titre l’indique, proposait un réservoir de jeunes gens socialement homogènes et bien sous tous rapports, La ferme continue aujourd’hui la sélection des candidats, en mettant en scène, dans un hors-sol a-gricole, des people censés retrouver la vraie vie.

Le principe Loft

Sans environnement authentique, sans paysans, tout juste accompagnés des animaux de la ferme à défaut de La ferme des animaux de George Orwell, La ferme n’est donc pas une émission de télé-réalité, mais une énième excroissance de la confusion des esprits dans le show-bises français sur le thème : « nous sommes toute la réalité ».
Loft Story était déjà une trahison de la real-TV, puisque les candidats étaient placés dans un environnement fermé, contraire à toute réalité humaine fondamentale. Entre les quatre murs d’une transparence télévisuelle avide de corps dénudés et d’un feu érotique désormais aux abonnés absents de la « société du spectacle » comme d’une société française presque plus catholique que jamais, les LoftStoriens étaient les jouets d’une production qui assurait les animations de la journée, transformant chaque jour le loft en appendice de Disneyland Paris.
N’échappant pas à la règle, La ferme, de ce point de vue, est également morte-née car il ne peut y avoir de réconciliation entre la vraie vie dans la nature et ces symboles de l’artifice parisien. TF1 essaye cependant d’y faire croire, et il faut bien reconnaître que l’audience est malheureusement là. Pour une énième fois, les inspirateurs américains sont plus audacieux et trahissent moins les vertus possibles du projet, révolutionnaire, de la télé-réalité.

Drôles de dames

Dans Simple Life, diffusé sur Canal Plus, deux jeunes filles - Paris Hilton, l’héritière du même nom, et Nicole Richie, fille adoptive de Lionel Richie - ont accepté de quitter leur cocon mobile pour aller à la rencontre de l’Amérique profonde. C’est à Altus, dans l’Arkansas, l’Etat de naissance de Bill Clinton, que les deux jeunes femmes, une Barbie plus vraie qu’artifice et une légère dépressive aux rondeurs traîtres, ont été envoyées, au sein de la famille Leding, à qui les clés de l’autorité ont été délivrées. L’Amérique d’en haut rencontre frontalement l’Amérique d’en bas via ces deux jeunes femmes, en fin d’adolescence, à l’appétit sexuel et sensuel évident. Les têtes mâles d’Altus sont tourneboulées par ces tornades qui débarquent avec leur candeur et leur ignorance. Le travail, comme ses contraintes, sont des inconnues qu’elles découvrent, au sens littéral du terme. De plus, les habitants d’Altus ne sont pas des comédiens et ne se prêtent au jeu que par plaisir ou par curiosité, sensibles à la présence de ces enfants de milliardaires comme à leur aisance. Car si l’Amérique profonde est stigmatisée par un ensemble de règles et de principes, qu’ils soient d’ordre religieux ou non, ces deux naïades ne connaissent qu’une seule loi vitale : le plaisir.
Simple life, révélatrice de cette confrontation, assure donc un service minimum, original, de la télé-réalité. Néanmoins, la real-TV, au sens « warholien » du terme, semble condamnée à être toujours trahie par les chaînes de la domination mondiale. Internet est et sera son seul recours...

Jean-Christophe Grellety - Avril 2004-04-22

http://www.cplus.fr/emissions/simplelife/index.html

A lire aussi une page consacrée aux chaînes de télé

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.